Augmentation du tarif du gaz en 2018 : qu’en est-il vraiment ?

Lundi dernier (lundi 11 juin 2018), la Commission de Régulation de l’énergie rendait ses recommandations annuelles. Ces recommandations à peine annoncées, commençaient déjà à faire grincer les dents des français.

En effet, la CRE préconise une augmentation de 6.5 % TTC des prix réglementés du gaz naturel. Néanmoins, c’est au gouvernement de valider ou non cette hausse.

C’est après une baisse d’environ 12 % entre 2013 et 2016 que les prix du gaz ont recommencé à augmenter. Après une hausse de 2 % en juin, c’est une nouvelle hausse qui vient frapper les foyers français qui bénéficiaient d’un contrat avec Engie dont le tarif était jusqu’à présent réglementé.

Comment les prix du gaz sont-ils fixés ?

Afin d’établir les prix du gaz, plusieurs facteurs sont pris en compte, comme l’extraction du gaz en dehors de nos frontières, les fournisseurs français doivent ensuite l’acheter, le faire transporter jusque sur le sol français, le stocker puis enfin le distribuer jusqu’aux logements de ses clients.

Chaque année, la CRE prend en compte les différents coûts pris en charge par les fournisseurs historiques afin de proposer au ministère de l’énergie une révision de la formule tarifaire.

Qui est concerné ?

Si cette annonce fait peur aux portefeuilles des français, tout le monde n’est pourtant pas concerné. En effet, seuls les utilisateurs de gaz ayant souscrit à un contrat au tarif concurrentiel avec Engie sont concernés. Les utilisateurs ayant choisi un concurrent : Sowee, Direct Energie, Eni ne sont pas concernés par cette hausse des tarifs.

 

Pourquoi les prix augmentent-ils ?

Il y a plusieurs raisons qui expliquent la hausse des prix. Tout d’abord il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande. En effet, l’offre de gaz naturel reste élevée tandis que la demande ne décolle pas.

De plus, la CRE explique cette augmentation des prix par l’accroissement des coûts supportés par Engie, qui est le fournisseur de gaz référence en France.

Vers la fin des tarifs réglementés ?

En Juillet 2017, le conseil d’état a jugé les tarifs réglementaires contraires au droit européen. C’est suite à cette remarque que le gouvernement envisage de supprimer progressivement ces tarifs réglementés, avec une fin prévue pour 2023 pour tous les particuliers. Ces tarifs réglementés laisseront la place aux offres de marchés, dont les prix seront fixés par le fournisseur lui même et qui seront garantis fixe pendant 2 ans. Pourtant, si cette date paraît être bien loin, près de 60% des 11.5 millions de sites résidentiels et professionnels alimentés au gaz ont déjà quitté les tarifs réglementés pour les offres de marché.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *